L'Horlogerie en Franche-Comté

Les toutes premières horloges comtoises étaient fabriquées aux alentours de 1680, à Morez ou à Morbier, dans le Haut Jura. Elles sont ensuite produites en plus grande quantité dans la 2ème moitié du XVIIIème siècle, grâce aux progrès techniques de l’émail. Les comtoises étaient alors souvent offertes en cadeau de mariage pour leurs prestigieux décors et leur grande qualité. Leur fabrication industrielle s’est arrêtée au début du XXème siècle mais elles restent aujourd’hui des objets de collection, garante d’un savoir-faire de haute précision.

L’un des grands horlogers de Franche-Comté est Antide Janvier, né à Lavans-lès-Saint-Claude dans le Jura. Il fût mandaté par la ville de Besançon pour réparer l'horloge de table du cardinal de Granvelle qui datait de 1564. Antide Janvier devint par la suite l'horloger du Roi Louis XVI et en 1792 il lui présenta sa Pendule Géographique, qui sera finalement acquise par Napoléon 1er en 1806 (actuellement à Fontainebleau).

Besançon, Capitale de l'Horlogerie en Franche-Comté

L’activité horlogère est apparue au cœur de la cité bisontine dès 1400. A cette époque, les horlogers sont des mécaniciens ou des serruriers qui se tournent vers l’horlogerie et s'occupent simplement de mettre à l'heure les horloges de clocher. Il faut attendre le XVIIème siècle pour voir apparaître de vrais maîtres horlogers comme Perrot, Perron, Larèche, etc. Ils fabriquent alors des montres de poche dans des ateliers familiaux.

Cependant, l’activité horlogère de Besançon s’est réellement installée à la fin du XVIIIème siècle grâce à l’intervention de Laurent Mégevand. Le négociant en horlogerie genevois projette à l’époque d’y installer une fabrique horlogère autonome. Animé par son idée et plein de persévérance, il fonde en 1793 la Manufacture Française d’Horlogerie et lance de multiples ateliers de sous-traitance. Entre 400 et 700 horlogers immigrés sont alors recensés, originaires principalement du Locle, de Neuchâtel, Genève et Porrentruy.

L’industrie horlogère était lancée à Besançon, lui valant le statut de Capitale Horlogère Française. Un hommage tout particulier sera rendu à Laurent Mégevand, le père de l’horlogerie bisontine, lors des 24h du Temps.

5000

Emplois

dans le secteur de l’horlogerie-bijouterie à Besançon pour 82600 emplois salariés, soit 6 % de l’économie globale du Grand Besançon.

1500

Emplois directs

dans l’horlogerie de luxe à Besançon, soit 35% dédiés au bassin économique de Besançon.

1000

Emplois directs

dans la Bijouterie-joaillerie de luxe à Besançon, soit 24% dédiés au bassin économique de Besançonn.

2200

Emplois

dans l’horlogerie en Franche-Comté dont 47 établissements dans le Grand Besançon, soit environ 700 emplois.

Les Métiers de l’horlogerie.

Le temps a toujours été une notion fascinante. Qui ne rêve pas d’avoir toutes les clés en main pour en devenir le maître ? Diverses structures proposent des formations aux métiers de l’horlogerie dans la ville bisontine des montres.

Le Lycée Edgard Faure – Morteau présente trois niveaux de formation sur deux ans dans l’horlogerie: un Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP), un Brevet des Métiers d’Art (BMA) et un Diplôme des Métiers d’Art (DMA). Ces enseignements sont disponibles en initial ou en apprentissage par la voie de l’alternance chez l’employeur. Des stages en entreprise sont également disponibles.

Fière de sa culture horlogère bisontine, le lycée Edgard Faure participe également au concours régional « Prix Avenir des Métiers d’Art 2014 ». Trois étudiants des sections horlogères ont reçu le premier prix régional dans leur catégorie se qualifiant pour le Grand Prix National.

Lien vers le site internet du Lycée Edgard Faure – Morteau : http://www.lycee-morteau.org/

L’Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA) constitue, avec ses 4 400 formateurs, le plus grand réseau de formateurs de France. L’AFPA se donne pour mission de qualifier ou requalifier des salariés par l’accompagnement de la personne dans son parcours et la mise en place de situations d’apprentissage.

Dans la capitale de l’horlogerie, l’AFPA propose divers modules qui permettent d’accéder au titre professionnel de niveau IV (Bac Pro) d’horloger. Des qualifications partielles, sous forme de Certificats de Compétence Professionnelles (CCP) peuvent aussi être obtenues : CCP - Assembler et régler des montres et CCP - Réparer des montres.

Lien vers le site internet de l’AFPA : http://www.afpa.fr/